« La détermination des rémunérations des salariés est libre. Néanmoins, cette liberté trouve des limites à travers le principe : « à travail égal, salaire égal ». Or, ce principe connaît encore aujourd’hui des applications problématiques, notamment en matière d’établissements distincts, de titres ou diplômes, mais encore en matière de gratifications, de primes ou de majoration de salaire. »

Retrouvez la tribune de Brigitte Pereira en intégralité sur les Echos.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>