La répression des fraudes soupçonne Renault d’avoir eu recours à des logiciels truqueurs. Tout comme Volkswagen, la firme au losange pourrait se trouver contrainte de modifier ses process en profondeur sous la pression de la justice, de ses clients, de ses actionnaires et d’ONG.

Les normes qui s’appliquent aux entreprises sont créées par les États, les institutions internationales mais aussi par les entreprises elles-mêmes ou dans une certaine mesure par les ONG.

Florian Favrau, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, nous explique le rôle de chacun à travers l’affaire Renault sur Les Echos.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>