La Commission européenne vient de publier ses plans à long terme pour la politique de cohésion au sein de l’Union européenne, c’est-à-dire les fonds et les programmes utilisés par pour réduire les disparités régionales.

Le Royaume-Uni quittant l’UE, la Commission envisage de réduire les montants consacrés à la cohésion lors du prochain cycle budgétaire. Plusieurs pays membres ont déjà déclaré les projets de la Commission inacceptables.

Une partie de l’Europe centrale et orientale a connu un boom économique avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne. Cela signifie qu’elle recevra désormais moins de financements dans le cadre du programme de cohésion. C’est le cas par exemple de la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, la Hongrie, l’Estonie et la Lituanie. Le prix du succès ? Ce qui est sûr c’est que ces réductions seront synonymes d’écarts importants en matière d’investissements publics dans de nombreux pays.

Qui sont les gagnants, qui sont perdants ? Sébastien Bourdin, enseignant-chercheur à l’EM Normandie analyse la situation dans une tribune à découvrir sur The Conversation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>