Qui sont les clients des ports français ? La réponse est systématiquement la même : « notre client, c’est la compagnie maritime ». En effet, celle-ci est invariablement un acteur important en termes de revenus pour les ports. L’armateur, à travers les droits de ports et les droits au navire, finance les quais, les bassins et les accès maritime. Intuitivement, c’est donc lui qui apparaît comme étant le véritable client.

Pourtant, la compagnie maritime n’est pas la seule à transporter des marchandises depuis et vers le port.Côté terrestre, on compte aussi les entreprises de transport routier, ferroviaire ou par barges. Les armateurs ne sont pas non plus les seuls à rémunérer le port. Le chargeur s’acquitte par exemple pour sa part des droits à la marchandise. Enfin, le port touche les concessions de la part de l’opérateur du terminal, de certains industriels et logisticiens. Dans un grand port maritime comme Nantes Saint-Nazaire, les droits de port ne représentent que la moitié des recettes, les concessions environ 30 % et les autres services presque 20 %.

Dans sa nouvelle analyse, Alexandre Lavissière, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, réfute une vision assez simpliste de la relation port/client et souligne l’importance des réseaux d’affaires portuaires. Découvrez l’analyse complète sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>