Alors que les médias français évoquent actuellement la sortie d’une nouvelle série de romans érotico-romantiques américains, Calendar Girl, et qu’ils annoncent déjà un succès à la Fifty Shades of Grey, Delphine Minchella, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, s’interroge sur leur silence quant aux productions françaises du genre, qui peinent à faire parler d’elles, alors que leur fond comme leur forme sont généralement de très bonne facture. Ne serait-ce qu’une question d’investissements ? Où sont les défenseurs du « made in France » pour nos produits culturels ? Quid du rôle des chroniqueurs média ?

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>