Longtemps l’enseignement supérieur était orienté vers la transmission de connaissances dites académiques. Le savoir était dispensé grâce à une communication essentiellement descendante. Le conformisme était de rigueur et peu importait que le message soit compris, pourvu qu’il soit délivré. Désormais, certains établissements innovent, laissant plus de place à la notion d’apprentissage par l’expérience et à l’auto-formation.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>