Le Brexit et ses suites immédiates ont donné l’occasion de voir que l’Écosse – qui a largement voté pour le « Remain » (62 %) en juin 2016 – n’était pas tant attachée à son union avec l’Angleterre qu’à sa présence au sein de l’Union européenne, comme le soulignait à chaud Alex Salmond, l’ancien Premier ministre écossais, en appelant son pays à transcender son actuelle dévolution et à se prononcer prochainement sur son indépendance vis-à-vis de l’Angleterre. Afin de comprendre le caractère visiblement fragile de cette union Écosse-Angleterre, opérons un retour sur sa construction qui, certes, date du début du dix-huitième siècle, mais qui a fréquemment été contestée côté écossais.

 

Lire la suite de l’article sur The Conversation

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>