Sabrina Tanquerel, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, s’intéresse au terme « post-vérité », qui le 16 novembre 2016 s’est vu décerner le titre de « mot de l’année » par les dictionnaires Oxford.

Selon la définition des dictionnaires, cette expression qualifie « des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles ».

Après être remontée à l’origine du terme et de son usage, l’auteur souligne le lien entre le concept et la réalité : les individus seraient aujourd’hui moins influencés par les faits objectifs que par les messages et affirmations subjectives. En d’autres termes « l’émotion avant les faits ». La réalité serait « devenue aujourd’hui secondaire pour beaucoup d’entre nous dans la construction de nos opinions ». Inquiétant n’est-ce pas ?

 

Retrouvez l’article de Sabrina Tanquerel dans son intégralité sur The Conversation

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>