Génération d’après-guerre à qui tout a souri, les baby-boomers quittent la vie active. Leur management a vécu, et sera bientôt de l’histoire ancienne.

Les célèbres baby-boomers, nés entre 1945 et 1964, ont porté l’espoir de la reconstruction d’après-guerre et la croissance. Ils ont fait l’objet d’un management directif, ont connu une organisation du travail taylorienne (communication descendante et structure hiérarchique établie).

Dans les années 90,  les baby-boomers ont dû apprendre à cohabiter avec la génération X, pour qui une communication plus transversale et un management plus participatif sont importants. Il a dès lors fallu composer avec un management inter-générationnel. Les baby-boomers ont réussi dans la société civile comme en politique. Ils quittent progressivement le monde du travail pour se consacrer à d’autres activités.

Les médias, qui se font échos du cinquantenaire des événements de mai 1968, évoquent à juste titre le parcours de cette génération plutôt gâtée. Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, revient sur ses spécificités dans un article disponible sur sur The Conversation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>