La loi n° 2004-391 du 4 mai 2004, relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social a institué le DIF (Droit individuel à la formation) dans le but d’en réduire les inégalités d’accès. L’idée est de faciliter la prise en charge des formations choisies à l’initiative du salarié avec l’accord du salarié. Seulement, le public est rare : moins de 6 % des salariés l’ont utilisé. En cause, le manque d’information et la difficulté à articuler les carrières.

Au 1er janvier 2015, le CPF (Compte personnel de formation), dispositif utilisable par tout salarié tout au long de sa vie active, pour suivre une formation qualifiante, a succédé au DIF.

Dans l’article intitulé « En matière de formation, c’est qui le patron ? »  Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, analyse l’environnement de la formation continue, en vous expliquant son contexte et ses acteurs. A lire sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>