A travers des exemples récents – l’élection de Donald Trump au détriment d’Hillary Clinton ou encore la victoire de François Fillon au premier tour de l’élection des primaires de la droite – Didier Tirard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, revient sur la méfiance grandissante vis à vis  des sondages. Ils sont constamment remis en cause, notamment du fait de la distorsion qui peut exister entre ce qu’ils mesurent et ce qu’il se passe dans la réalité.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>