« En mai 2016 le Royaume-Uni s’est ému du licenciement d’une jeune femme motivé par son refus de porter des talons hauts sur son lieu de travail.

Or, est-ce si étonnant d’apprendre qu’une hôtesse d’accueil avait à se vêtir d’une façon bien déterminée ? Non, bien sûr. Pour s’en assurer, il suffit de se rendre dans une grande entreprise et de voir que les hôtesses ne sont pas maîtresses de leur image : tailleur, escarpins, coiffure et maquillage leur sont imposés. À leur grand regret.

Pourquoi est-ce si difficile de se conformer à une image prédéterminée ? Quels enjeux se jouent derrière cette obligation ? Ne serait-il pas temps de changer de pratiques, et ce, pour un meilleur management et donc de meilleurs résultats ? »

Après avoir retracé l’histoire de l’uniforme des grooms au début du siècle passé à nos jours, Delphine Minchella enseignant-chercheur à l’EM Normandie, nous explique pourquoi l’uniforme d’hôtesse d’accueil est particulièrement difficile à porter et en quoi est-ce une erreur managériale.

 

Retrouvez l’article en intégralité sur The Conversation

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>