Le président Macron a choisi de diriger la France comme on dirige une entreprise.  Les promesses de campagne en matière économique et sociale tendaient vers plus de libéralisme, une mise en avant de l’entreprenariat. En tant que manager, il veut être celui qui fédère, anime, donne les orientations stratégiques. Mais il est également soumis à des objectifs et à des engagements.

En tant que patron de l’entreprise France, Emmanuel Macron est actuellement confronté à un phénomène bien connu en sciences de gestion : la nécessité de tenir ses promesses au risque de rompre un contrat tacite, le contrat psychologique.

La réforme en cours de l’assurance chômage est-elle synonyme de rupture du contrat psychologique ?

 

Retrouvez l’intégralité de la tribune de Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, dans The Conversation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>