À l’heure du numérique, la frontière entre vie professionnelle et vie privée est de plus en plus ténue et les dérives de plus en plus aisées.
Un employeur peut-il bannir les communications non professionnelles sur le lieu de travail ? Quelle est sa latitude pour contrôler ses salariés ? Quelle est la limite à ne pas franchir ?
Brigitte Pereira, professeur de droit à l’EM Normandie, revient sur les précisions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme sur lesechos.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>