Lettre n°17 – avril 2016

Géographe Professeur des universités, docteur en sciences de gestion, ancien élève de l’ENA, administrateur civil hors classe au Ministère de l’Economie, Claude Rochet est un expert de la modélisation des systèmes complexes et du développement durable. Selon lui, le questionnement sur les smart cities est moins d’ordre technologique que politique. Car qui détient les données détient en fait le pouvoir. Claude Rochet livre ici une charge sévère contre Google et plaide pour un retour à la démocratie directe à l’échelle des territoires.

« L’intelligence territoriale, note-t-il, c’est d’abord comprendre la culture d’un territoire, savoir d’où viennent les hommes qui l’habitent, quelle est leur histoire, comment s’est construite au fil des siècles leur manière d’être et de vivre dans leur monde. » Dans l’entretien qu’il a accordé à Jean-Guy Bernard, Directeur Général de l’EM Normandie, Claude Rochet plaide ainsi pour une ville intelligente vue d’abord comme un système d’apprentissage et d’échange permanent où, « grâce au 2.0, on peut enfin déboucher sur un système capable de régulation qui nous faisait défaut en bien des circonstances. »

 

Téléchargez l’entretien (format PDF)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>