Ces éléments chimiques « stratégiques », devenus essentiels à la construction de nos équipements high-tech, font l’objet d’une attention grandissante de la part d’entreprises de hautes technologies comme d’associations de défense de l’environnement, voire de rivalités géo-économiques entre États.

En France, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques vient ainsi de remettre son rapport sur « Les enjeux stratégiques des terres rares et des matières premières stratégiques et critiques » à l’Assemblée nationale.

La problématique des terres rares concerne aussi bien des filières industrielles comme l’automobile, que de lointains territoires français comme Wallis et Futuna.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>