Quand le papy-boom explique le prix des logements et les recompositions territoriales

Photo : Quand le papy-boom explique le prix des logements et les recompositions territoriales

De manière classique, lors de sa vie active, un individu va acheter sa résidence principale. À sa retraite, il n’est donc plus acheteur et à son décès, il devient vendeur par l’intermédiaire de ses héritiers.

Le fameux ratio retraités/actifs est donc étroitement lié au rapport offre/demande pour les logements, et par conséquent aux prix. Cette perspective permet d’expliquer très simplement le doublement, voire le triplement, des prix des logements entre 1997 et 2007. Il s’agit en effet précisément de la période où tous les baby-boomers, c’est-à-dire les personnes nées avant 1970, appartiennent à la population active et sont donc acheteurs de logement. Cette envolée des prix n’est ainsi que la simple conséquence d’un phénomène de demande, dû à des classes d’âge très nombreuses. Il s’ensuit un accroissement marqué de la propriété immobilière au bénéfice des retraités.

Ce phénomène engendre des conséquences à l’échelle spatiale. Inévitablement, nous distinguons 3 types de départements : vieillissement assez fort et accroissement modeste de la population / vieillissement très fort et perte de population / faible vieillissement et fort accroissement de la population. Ces derniers sont les grands gagnants de l’inévitable réorganisation spatiale de la valeur qui se joue à l’occasion de ce papy-boom.

Qu’en est-il des dynamiques de marché immobilier ? Les métropoles semblent tirer leur épingle du jeu ! Pour en savoir plus, découvrez l’analyse complète sur The Conversation.

Article co-écrit par :

  • Sébastien Bourdin – Enseignant-chercheur en géographie-économie, Laboratoire Métis, École de Management de Normandie – UGEI
  • Arnaud Simon – Maitre de conférences en Immobilier, Economie urbaine, Territoires, Université Paris Dauphine – PSL
  • Raphaël Languillon-Aussel – Post-doc researcher, Université de Genève
  • Yasmine Essafi – Doctorante en finance de l’immobilier, Université Paris Dauphine – PSL
Auteur(s)

Photo : Convertir entrepreneurs et territoires à l'intelligence économique : le retour d'expérience d'Opteamea

Convertir entrepreneurs et territoires à l'intelligence économique : le retour d'expérience d'Opteamea

Voici deux ans, l’équipe d’Opteamea était venue sur le campus de Caen pour présenter sa société et, notamment Eyescan, une solution de veille dont la principale singularité est la simplicité d’utilisation. Un produit « tout terrain » qui peut s’appliquer à la fois à l’industrie privée et à ses différentes filières, mais aussi au public […]

Lire la suite

Photo : Le rôle de l'éco-mobilité dans les mobilités quotidiennes et les vécus des habitants

Le rôle de l'éco-mobilité dans les mobilités quotidiennes et les vécus des habitants

L’Intelligence économique territoriale (IET) se situe, comme on sait, à l’intersection d’un grand nombre de problématiques, dont celle, centrale, de la mobilité, elle–même inséparable de la question de l’automobile. En 2018-2019, la crise des Gilets jaunes puis, en 2020, les bouleversements liés à la crise sanitaire et au confinement ont démontré, s’il en était besoin, […]

Lire la suite

Photo : Pratiquer l'intelligence Économique territoriale en entreprise : l'expérience de SVP

Pratiquer l'intelligence Économique territoriale en entreprise : l'expérience de SVP

Et si la sphère publique n’avait pas – ou plus – le monopole de l’Intelligence Économique Territoriale (IET) ? En France, l’intelligence économique en général, et territoriale en particulier, sont nées historiquement de processus institutionnels, à commencer par le rapport Martre (1994), élaboré dans le cadre de l’ancien Commissariat Général au Plan. Est-ce pour cela […]

Lire la suite