L’Angleterre du Brexit veut transformer les menaces en opportunités grâce aux ports-francs

Photo : L’Angleterre du Brexit veut transformer les menaces en opportunités grâce aux ports-francs

L’année 2016 aura été marquée entre autres choses par le Brexit. Après une trentaine d’années de relations tumultueuses, la Grande-Bretagne décide par voie de référendum de quitter l’Union européenne. Tandis qu’en France, on en disserte toujours, les Anglais ont pris acte ; ils sont déjà dans l’après, le post-Brexit.

Ce Brexit peut sonner comme un cataclysme, mais les Anglais y voient évidemment le verre plein et donc les opportunités. Partenaires privilégiés de l’Union, ils vont le rester, tout comme ils restent le centre de l’Empire. En fait, c’est certainement cette position d’intermédiaire, ou pour mieux dire d’interface que compte jouer cette perfide Albion, entre avantage d’être en dehors et avantage d’être le plus proche des non-membres, à l’instar de la Suisse.

Un rapport rédigé par le parlementaire Rishi Sunak illustre bien cet état d’esprit. Le membre du parlement y convoque Theresa May à créer des zones franches portuaires pour développer le commerce. De telles zones dans les grands ports du royaume attireraient investisseurs et industries créatrices d’emplois.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation

Auteur(s)

Photo : Les compétences au cœur de la transformation de la supply chain

Les compétences au cœur de la transformation de la supply chain

Pénurie de composants et de matières, pandémie, chaines d’approvisionnements sous tension, cyberattaques, fragilité des chaines logistiques mondiales, digitalisation, etc. Le secteur de la logistique et de la supply chain traverse depuis quelques années de profondes mutations et doit relever plusieurs défis majeurs. Ces mutations s’opèrent dans un contexte plutôt favorable au secteur marqué par une […]

Lire la suite

Photo : Les investissements russes dans les ports arctiques ne visent pas seulement la valorisation des hydrocarbures

Les investissements russes dans les ports arctiques ne visent pas seulement la valorisation des hydrocarbures

Un article paru sur le Journal de la Marine Marchande. Gisement de ressources pétrolières, minières et halieutiques, l’Arctique coalise de nombreux intérêts et pour les mêmes raisons, alimentent toutes les inquiétudes. La Russie, la mieux placée pour profiter de la navigation arctique, s’en donne les moyens en tissant un véritable système portuaire sur sa façade […]

Lire la suite