Le droit à la déconnexion : vers une remise en question de la norme du « salarié idéal » ?

Photo : Le droit à la déconnexion : vers une remise en question de la norme du « salarié idéal » ?

Depuis le 1er janvier 2017, la loi Travail oblige les entreprises de plus de 50 salariés à engager des négociations sur le droit à la déconnexion et prévoir des dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques. À défaut d’accord, l’employeur devra établir une charte, après avoir consulté le comité d’entreprise et/ou les instances représentatives du personnel.

Cette loi, une première mondiale, constitue une réponse à « l’intensification du travail et les excès de connexions professionnelles susceptibles de porter atteinte à l’équilibre de vie, voire à la santé des collaborateurs de l’entreprise » (Rapport « Transformation numérique et vie au travail ») et répond à des attentes réelles.

Après avoir abordé la co-responsabilité employeur/salarié du droit à la déconnexion, Sabrina Tanquerel, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, ouvre le sujet en soulignant la possible remise en question de la norme su “salarié idéal” totalement engagé dans son travail, dédié à l’entreprise et disponible 24/7.

Et si l’enjeu n’était tant pas le droit à la déconnexion via les outils, mais bien la suppression de la norme du salarié idéal comme définie ci-dessus ?

 

Retrouvez l’article dans son intégralité sur The Conversation

Auteur(s)
  • Photo :

    Sabrina Tanquerel Professeur assistant en gestion des ressources humaines et développement personnel

Photo : Le numéro 4 de la RIDO est en ligne

Le numéro 4 de la RIDO est en ligne

Retrouvez le numéro 4 de la Rido ici ! Le quatrième numéro de la Revue Interdisciplinaire Droit et Organisations ouvre le dialogue entre chercheurs et praticiens de toutes spécialités et promeut un échange interdisciplinaire intéressant sur le sort humain et organisationnel dans ses diverses dimensions. Dans ce numéro on s’intéresse au devoir de vigilance des […]

Lire la suite