Finance alternative : effet de mode ou alternative crédible au financement traditionnel ?

Photo : Finance alternative : effet de mode ou alternative crédible au financement traditionnel ?

L’Économie Sociale et Solidaire n’est pas nouvelle et certains acteurs tels que les banques mutualistes et coopératives, les associations, contribuent depuis longtemps à son développement par le financement des actions fondées sur des valeurs sociales, solidaires et éthiques (Finance alternative). La crise de 2008 a généré une remise en cause du système financier dominant, basé sur la spéculation et soumis à une forte rentabilité financière.

Elle a fait émerger une défiance vis-à-vis du système bancaire traditionnel et des marchés de capitaux. La finance alternative est apparue comme une solution contre le désordre économique et social ambiant : rupture avec la logique de spéculation financière et réappropriation de la finance au profit d’une économie réelle qui répond aux nouveaux enjeux sociétaux.

UN REGROUPEMENT DE MÉCANISMES DE FINANCEMENT BASÉS SUR LA SOLIDARITÉ, LA GÉNÉROSITÉ ET LES OUTILS DIGITAUX

La finance alternative propose de nouveaux moyens d’accès au financement aux particuliers, aux entreprises (startups, TPE, PME), etc., par la mise en place d’outils – le plus souvent digitaux – de collaboration financière avec un nombre important d’épargnants-investisseurs disposés à apporter des fonds sous la forme de dons ou de prêts.

LE RÔLE DU NUMÉRIQUE

Le numérique a décloisonné le monde de la finance pour la rendre accessible au plus grand nombre, multipliant ainsi les acteurs bénéficiant de relations plus directes entre partenaires. La finance alternative se veut au service d’une économie basée sur la proximité, la solidarité, l’utilité sociale et environnementale, au service de l’humain : les porteurs de projet ou/et les particuliers en besoin de financement peuvent communiquer directement avec les personnes susceptibles de les financer.

VERS UNE DÉMARCHE PLUS ÉTHIQUE

Au-delà de la recherche de profit, les apporteurs de capitaux peuvent ainsi satisfaire leur besoin de se sentir utiles et investir dans des projets sociaux et environnementaux innovants. La finance alternative regroupe plusieurs mécanismes de financement tels que le financement participatif ou crowdfunding, la générosité embarquée, la cagnotte en ligne, le micro-crédit ou encore le micro-don.

UN INTÉRÊT DE PLUS EN PLUS GRANDISSANT POUR LA FINANCE ALTERNATIVE… MAIS UN POIDS QUI RESTE ENCORE FAIBLE AU REGARD DE LA FINANCE TRADITIONNELLE

Le marché de la finance alternative reste dominé par la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni. Selon Céline Mahinc (2021), elle représente 304,5 milliards de dollars en 2018 et pourrait atteindre le cap de 500 milliards en 2023. Malgré cela, les montants collectés restent encore minimes face au poids de la finance classique, traditionnelle. Elle ne peut donc être que complémentaire et non substituable à la finance traditionnelle et cela pour plusieurs raisons.

Son fonctionnement est largement basé sur l’usage du numérique, ce qui l’expose à la cybercriminalité, à son utilisation frauduleuse, par exemple pour le blanchiment de l’argent occulte / sale et le financement du terrorisme. Aussi, le manque de règlementation expose souvent les investisseurs à des risques de non-crédibilité des autres acteurs du secteur. L’implication publique, par le renforcement de la règlementation (régulation et surveillance) appliquée au secteur de la finance alternative pourrait accroitre sa visibilité et sa légitimité en offrant un espace d’échange et d’entraide en toute confiance aux épargnants-investisseurs, entrepreneurs et particuliers.

A l’EM Normandie, nos étudiants sont sensibilisés aux enjeux de l’Économie Sociale et Solidaire. Ils portent un intérêt grandissant pour ce sujet et sont de plus en plus nombreux à s’inscrire à ces cours. D’ailleurs, ils y participent de manière dynamique avec une immersion sur le terrain à la rencontre d’organisations de l’ESS du territoire qu’ils accompagnent bénévolement.

Auteur(s)
  • Photo :

    Amandine Lare Professeur associé en économie sociale et solidaire - Chef du département économie, territoires et développement durable

Photo : Les consultations citoyennes peuvent-elles redéfinir la légitimité politique ?

Les consultations citoyennes peuvent-elles redéfinir la légitimité politique ?

Aurait-on vécu en France, d’autres crises économiques, sociales, sanitaires et environnementales si les citoyens avaient été consultés ? Ces dernières années, on a pu constater la volonté de renforcer l’ancrage de la prise de décision publique sur les préférences citoyennes pour des raisons de transparence et d’efficacité de l’action publique. Les décideurs politiques visent notamment […]

Lire la suite

Photo : Energie : écoles et entreprises en pleine évolution

Energie : écoles et entreprises en pleine évolution

Un article de Florian Favreau, publié initialement sur Le Monde des Grandes Écoles. L’économie va devenir sobre en énergie. Les entreprises et les écoles peuvent subir cette évolution ou en tirer profit. Les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) représentent plus de 80 % de l’énergie primaire consommée par l’économie mondiale. L’extraction des matières premières, leur […]

Lire la suite

Photo : Les sites de pétitions en ligne se font-ils de l'argent sur votre dos ?

Les sites de pétitions en ligne se font-ils de l'argent sur votre dos ?

Un article paru sur Les Échos Start, avec la participation d’Angélique Chassy, enseignante-chercheur à l’EM Normandie. ENQUÊTE // On s’engage à coups de clics, en moins de deux minutes. L’américaine Change.org et la française MesOpinions.com ont, à elles seules, rassemblé des centaines de millions de signatures, pour défendre toutes sortes de causes. Comment nos signatures […]

Lire la suite