Indépendance de l’auditeur et peur dans un contexte de corruption : la Tunisie de pré-révolution

La recherche est une exploration de la peur chez les auditeurs confrontés à des pressions dans une environnement où la corruption est institutionnalisée. Dans la Tunisie de Ben Ali avant la révolution du peuple contre cette tyrannie en 2011, Comment un auditeur pourrait garder son indépendance de donner un avis objectif ?

Cette recherche traite de l’indépendance des auditeurs dans un contexte de corruption institutionnalisé. L’objectif est de remettre les émotions au cœur du processus d’audit. Elle met en lumière l’incidence d’une émotion telle que la peur sur l’indépendance des auditeurs. Nous analysons des expériences réelles d’auditeurs confrontés à des pressions, dans un environnement où la corruption est institutionnalisée. Comment un système corrompu peut-il générer la peur ?

De quelle manière, cette peur peut-elle impacter l’indépendance des auditeurs tunisiens ? L’analyse selon la méthode Gioia montre que la peur est multiple et qu’elle varie d’un individu à un autre selon ses croyances, sa culture et son rapport avec son propre corps. La recherche permet d’identifier une troisième approche « émotionnelle » de l’indépendance. Celle-ci ambitionne à renouveler la compréhension de l’indépendance et aussi du processus d’audit.

Découvrez l’étude complète de Ben Hamadi Zouhour.

Auteur(s)

Ceux que l’on appelle les Digital Natives – les enfants nés après 2000 qui ont donc toujours connu les ordinateurs personnels, Internet, les réseaux sociaux et les téléphones portables – ont désormais une vingtaine d’années et une partie d’entre eux est actuellement engagée dans des études supérieures. Outre sa familiarité avec ces technologies, cette génération […]