Nous assistons à un changement de paradigme : les plus jeunes managent désormais les plus âgés. La récente investiture d’Emmanuel Macron ainsi que la nomination de son premier ministre, l’illustrent parfaitement.

Il n’y a pas que la sphère politique qui est touchée. En entreprise, nous arrivons également « à ce point charnière où les générations Y sont arrivées à maturité et poussent pour prendre des postes à responsabilité là où des organisations n’ont pas la flexibilité ou l’agilité pour leur donner le pouvoir. »

Alors si ces générations prennent le pouvoir, les sciences de gestion qui se sont jusqu’ici concentrées sur la problématique du comment manager les jeunes, ne devraient-elles pas aujourd’hui se demander  comment manager les vieux ?

Retrouvez l’analyse d’Alexandre Lavissière en intégralité sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>