L’installation de caméras de surveillance sur le lieu de travail est autorisée à condition de respecter les libertés individuelles et la vie privée des collaborateurs. La mise en place d’un tel dispositif doit respecter certaines conditions préalables : elle doit correspondre à un intérêt légitime ou une activité réglementée et doit rester proportionnée par rapport au but recherché.

Ainsi, en vertu du pouvoir de l’employeur, celui-ci est parfaitement fondé à installer un système de vidéo-protection dans les locaux de l’entreprise à condition de respecter les contraintes réglementaires lors du déploiement et de ne pas utiliser le dispositif pour contrôler le salarié à son insu.

Seulement, ces contraintes ont évolué avec l’entrée en vigueur du Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD) le 25 mai 2018 dernier.

Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, fait le point sur les nouvelles contraintes réglementaires en vigueur et la protection des utilisateurs et leurs données. Article à découvrir sur The Conversation !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>