Depuis le 1er janvier 2016, tous les employeurs doivent proposer à leurs salariés une mutuelle collective, à adhésion obligatoire, financée à 50 %, comprenant certaines garanties minimales.

Cette nouvelle obligation traduit-elle un avantage ou un désavantage social ? Le bilan tiré par Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, est clair.

Le caractère obligatoire du dispositif semble avoir transformé l’avantage en contrainte. « Il ne sera désormais plus possible de promouvoir la complémentaire santé comme un avantage propre à l’entreprise. […] « Il serait donc intéressant de repenser le système de rémunération et de recentrer les avantages proposés aux salariés autour de l’épargne salariale ou de l’épargne retraite. »

Même en période de crise, attirer les talents reste un défi majeur pour l’entreprise. Il est donc important de réfléchir à une politique de rémunération raisonnée.

 

Retrouvez l’article dans son intégralité sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>