Depuis le scandale Weinstein, le harcèlement au travail fait l’objet de toutes les attentions. En France, il est sanctionné pénalement par trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Prouver le harcèlement n’est néanmoins pas chose facile. Un des éléments clés est la question du consentement, une notion qui peut faire débat devant la juridiction prud’homale et qui, de ce fait, est donc essentielle.

Le consentement : de quoi s’agit-il ? Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, aborde les aspects philosophique et juridique dans sa nouvelle analyse à découvrir The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>