Xavier Philippe, Professeur en  Gestion des Ressources Humaines et sociologie à l’EM Normandie, décrypte la communauté paralympique.

Les Jeux paralympiques sont un paradoxe, jusque dans leur dénomination. « Para » suggère en effet l’idée d’une altérité, d’un à-côté similaire, mais non semblable. « Lympique » en revanche nous invite à l’universalité, à reconnaître la force du sport, du talent, de la performance et du dépassement de soi, par-delà la situation de handicap. Ainsi, les athlètes paralympiques ne seraient pas des sportifs/ves, mais des (super)-héro(ïne)s. Une simple requête sur un moteur de recherche permet de se rendre compte de la force d’un tel jugement de valeur. Pour autant, cette vision métaphorique ne fait pas l’unanimité. Des voix s’élèvent pour dénoncer la persistance d’un préjugé tenace, qui réduirait l’athlète paralympique à son handicap.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur The Conversation