On connaît tous le célèbre Vélib’, système de vélos en libre-service mis en œuvre en juillet 2007 à Paris avec comme objectif le déploiement d’un moyen de déplacement facile, écologique et bon marché. Le marché de la concession avait été remporté par le groupe JCDecaux à  l’époque. Mais dix ans plus tard, le concept s’essouffle : dégradations, vols, incivilités, usagers mécontents.

Coup de théâtre en 2017, la concession échappe à JCDecaux, le marché est remporté par une start-up de Montpellier, Smovengo. Ce changement de concession n’est pas sans conséquence pour les salariés de Vélib’/Cyclocity qui font l’objet d’un transfert d’employeur.

Caroline Diard, enseignant-chercheur à l’EM Normandie, fait le point sur la situation en s’appuyant sur l’article 1224-1 du code du travail qui impose la poursuite des contrats en cours en cas de modification dans la situation de l’employeur.  Les salariés de Vélib’ sont-ils concernés par un transfert d’activité ? Quels sont les recours possibles ?

Retrouvez l’analyse de Caroline Diard en intégralité sur The Conversation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>