Le marché des solutions digitales dans le domaine RH a enregistré une augmentation de 7% en 2017 pour atteindre 2,6 milliards d’euros. Pourtant, nous constatons que les solutions proposées aux salariés ne sont pas toujours qualitatives. Il n’est pas rare de constater que des grandes entreprises investissent des sommes conséquentes dans des applications basées sur des modèles désuets, des technologies poussives ou des usages obsolètes.

Jean Pralong, professeur en RH digitales et gestion ds carrières à l’EM Normandie, distingue deux approches : un raisonnement systématique qui s’appuie sur des choix objectifs et hiérarchisés, finalement peu choisi ; et un raisonnement heuristique, le plus souvent utilisé, qui incite le décisionnaire à opérer des choix simples et stéréotypés. « L’existence du raisonnement heuristique est finalement le reflet de la complexité qui nous entoure : le monde est trop compliqué pour être analysé en détail ».

Les organisations sont en elles-mêmes des facteurs de confusion : elles soumettent aux managers des objectifs, des logiques et des contraintes nombreuses et hétérogènes. Quelles sont les attentes des managers, des équipes et des collaborateurs ? Quelle compréhension ont-ils des enjeux ? Certains préfèrent une solution performante, d’autres une solution économique ou prestigieuse. Comment faire cohabiter les logiques du métier, de la stratégie de l’entreprise ou encore les enjeux personnels de chacun ? Un DRH peut-il poser une décision rationnelle dans un environnement aussi complexe ?

Découvrez l’analyse de Jean Pralong dans son intégralité sur www.hbrfrance.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>